02 février 2018

Ma Normandie



J'y ai passé des journées, des soirées, des semaines et des mois, dans cette belle maison entre la mer et la campagne, elle était à l'angle de la rue, et un peu plus haute que les autres, le jardin était beau, fleuri et bien entretenu. J'attendais le mois de juillet de chaque année avec impatience pour y passer mes vacances, je savais que chaque année elles étaient différentes mais j'aimais ça.

Cette maison c'est mon grand-père qui l'a construit il y a un paquet d'année, je ne saurais vous dire quand, il l'a faite de ses propres mains, je me souviens qu'il me racontait avoir acheté le terrain pour un bouché de pain pour y faire une belle maison pour sa famille. Elle était grande, lumineuse et belle. Un peu vieillotte à l'intérieur mais bon... C'était ma deuxième maison. Chaque année mes grands-parents venaient me chercher au début des vacances scolaires d'été pour y passer 3 semaines voir même un mois certaines années.

J'ai passé de beaux moments, des moments que sans cette maison je n'aurais jamais connus, j'ai passé des heures à nager dans cette mer gelée à essayer de tenir debout sur une planche que je m'étais achetée avec mon argent de poche des vacances et dont je n'ai jamais réussi, je me suis fait des amies dans cette rue avec qui je passais mes après-midi, avec qui je jouais aux petits chevaux et j'usais ma balançoire, j'ai essayé pendant des heures de vendre des coquillages et des coquilles de moules en vain, j'ai pris plusieurs gamelles en vélo aussi. J'ai même lors de mes après-midi essayées d'organiser des vides greniers avec des bricoles qui trainaient dans le garage, juste devant la maison (oui ma passion des vides-grenier remonte à longtemps) je me suis casser les fesses plus d'une fois sur la vielle selle du vélo de mon papi quand on partait promener sur les petites routes de campagne au milieu des vaches. Il nous à aussi mener pas mal de fois pendant les grandes marées récupérait des moules et des coques que ma grand-mère cuisinait, et le reste du temps je partais tôt le matin avec mon sceau et mon épuisette pour attraper des crevettes grises pendant des heures. Et puis j'ai aussi passé cet été avec un de mes grands cousins qui doit avoir 20 ans de plus que moi, je me suis rapproché de lui comme jamais, il m'a gater comme une petite soeur, mais une fois les vacances terminées je n'ai jamais pu reprendre contact avec lui à cause des histoires de famille qui sont dans cette famille depuis des décénies... J'ai passé dès heure sur le carrousel au bord de mer. J'ai lorgné sur les "grands" qui faisait du char à voile et me suis toujours dit que plus grande, moi aussi j'en ferais, mais ce jour n'est jamais arrivé. Je doit encore oublier pas mal de choses...

image : google maps, à l'époque ces deux sapins ne m'arrivaient même pas aux genoux....

J'ai trainé sur les plages du débarquement, de Bayeux à courseulles-sur-mer, et jusqu'à Trouville-sur-mer, je connaissais ces villes comme ma poche, et savais ou est-ce que l'on mangeait les meilleures glaces à l'italienne, et les meilleurs fruitss de mer.

J'ai toutes ces images dans ma tête et malheureusement plus aucune photo, tous ces beaux souvenirs que j'ai vécus, j'aurais tant aimés pu mener mes enfants dans cette belle et grande maison dans laquelle j'ai passé mes étés et j'ai découvert pas mal de choses. Malheureusement la vie parfois faite que ce que l'on s'imagine n'est rien comparer à la réalité, au jour d'aujourd'hui je ne sais plus ce qu'est "notre" maison, si elle a été vendue, si des inconnue l'habite ou bien si elle prend la poussière... 

Ce que je sait c'est que jamais je ne pourrais y retourner.