07 avril 2016

Rat des villes, rat des champs

J'ai vécu jusqu'à mes 15 ans en ville, mais pas le genre de jolies villes qu'on vois dans les series sur la 6 à l'heure de la sieste, j'ai vécu en HLM dans le 93 à Aubervilliers plus précisement, autant vous dire que ce n'est pas l'endroit rêver pour débuter sa vie paisiblement. Puis un jour, mes parents m'ont annoncé que l'on partaient à l'autre bout de la France et en campagne, j'était en 4eme je devais avoir 15 ans, j'ai franchement tiré la tronche pendant un long moment, à cet âge la tout quitter et se retrouver dans une nouvelle maison, et surtout un nouveau collège on angoisse un peu. Et je suis donc rester quelques années dans ma petite campagne que je n'aimais pas tant, outre le fait que j'arrivais du nord et dans le sud, j'ai eu du mal à m'adapté à la vie des sudiste, à leurs style de vie et leur humeur. J'ai eu aussi beaucoup de mal à prendre ma place dans mon collège, ou j'ai vite été catégoriser comme " la parisienne " j'avais rêver mieu comme acceuil.


J'ai vécu jusqu'à mes 18/19 ans environ dans ce village du sud où j'avais aménagé quelques années plus tôt. Je ne m'y plaisais pas forcément mais je n'ai jamais déménagé pour la ville, la plus proche se trouvait à 20 km et je n'avais pas envie de perdre mes rares repères que j'avais enfin trouvées.


Et puis quelques années plus tard j'ai rejoint mon amoureux, qui lui vivaient sur Avignon, à cause de ses études, on y a vécu pas mal d'années, et dans plusieurs quartiers différents, mais au fond il se ressemblait tout. D'ailleurs à cette époque je n'avais pas le permis et même si parfois je me disais que ça me manquait, j'avais toujours un arrêt du bus à 20 mètres de mon appartement pour pouvoir sortir, ou bien même en 20 minutes de marche j'étais en pleine cité des Papes. Le changement de mon petit village au pied du Luberon aux quartiers à été assez radical, j'ai eu l'impréssion de retourner la ou j'ai grandis, dans le béton et cette mixité culturelle énorme.

Puis il y a eu ce dernier appartement, en face d'un lycée, un des plus mal réputer de la ville, et plus encore. Ou c'était assez dur à vivre, entre l'irrespect, les cris, le bordel à toute heure. C'est la qu'on à commencer à ce dire que la ville n'était pas l'endroit ou nous voulions élever nos enfants. Marley était encore petit et c'est là que l'on a décidé que cette vie ne nous correspondait pas du tout, et que l'on a cherché à partir vivre au calme et dans un village sain pour nos enfants.

Je crois que déménager à la campagne est l'une des merveilleuses décision que nous avons pris. J'ai énormément côtoyer le béton la ville, et la proximité de toutes choses. Mon amoureux, lui, a toujours connu la campagne, il la côtoie depuis tout petit.



Ce besoin de vivre au grand air, et au calme est aujourd'hui résolu. Nous vivons dans un village (plutôt) calme, où tout le monde vous dit bonjours quand vous sortez dans la rue, tout le monde vous aide et vous, vous aidez en retour. Les gens sont beaucoup plus attentif et patient, et ça c'est vraiment agréable à vivre. Nous n'avons plus besoin de prévoir une balade ou une sortie un jour a l'avance de passer trois quarts d'heures à préparer les affaires pour sortir, charger la voiture et faire une vingtaine de kilomètres pour respirer un air sain. Aujourd'hui on sort sur un coup de tête, et en 5 minutes on se retrouve au cœur de la forêt, au calme, avec comme symphonie le chant d'oiseau et les arbres qui craquent. Alors oui il y a parfois des petits points négatifs en habitant à la campagne, mais ce n'est tellement rien par rapport au cadre de vie que l'ont À...La campagne rebute beaucoup de personnes, mais je pense que quand on y est, on est heureux d'avoir changé d'avis...

5 commentaires:

  1. Hey!
    Vivre à la campagne, ça peut être sympa. J'aime les ballades en forêt et les coins isolés. Mais ce serait plus une petite cabane dans les bois qui me tenterait . :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui la cabane dans les bois ça me tenterais bien ! <3

      Supprimer
  2. J'ai vécu dans une toute petite ville étant enfant, si petite qu'elle était presque un village.
    Ensuite, j'ai vécu à la campagne. La seule chose que je n'aimais pas était d'aller en ville pour aller à l'école.
    Puis, en grandissant, j'ai rejoins la ville, malgré moi. Je suivais le boulot, les amours, les amis...
    Je suis même partis de ma Suisse pour aller vivre quelques mois dans la Grande Ville qu'est Paris.
    C'était sympa parce que c'était "pas chez moi" mais j'ai rapidement eu le mal du pays. Je suis rentrée.
    Mais je suis restée dans de petites villes, mais villes quand même.

    Aujourd'hui, j'habite en ville. Une belle ville avec plein de nature, des parcs, de grands arbres, un lac...
    Mais la nature me manque malgré tout, la campagne, le silence, le calme...

    Le retour à la nature, c'est un rêve que j'ai.
    On verra s'il peut être réalisé un jour.
    J'ai une belle vie, une vie de rêve, dans une ville magnifique. Un appartement bien placé, en face d'un cinéma où on va en training, à l'aise comme à la maison. Les gens sont gentils et la ville est vraiment accueillantes, chaleureuse.
    Mais c'est la ville.
    J'ai envie d'avoir un jardin, un coin d'herbe sur lequel me coucher sans me poser de question... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui il y à des avantages et des inconvénient dans les deux points, après tout dépend dans quel ville on est situer, et quel campagne ;)

      Supprimer
  3. Vive la campagne ! je préfère ma vie à la campagne que ma vie parisienne !

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un petit mot, mon blog se nourrit de vos commentaires