16 avril 2016

Bastien M. 27/02/1993

Je blog, je vous parle de tout et de rien, mais je ne vous ai pas encore parler de Lui.

À l'aube de mes 23 ans, et pour "célébrer" cette année de plus dans ma vie, j'avais envie de penser et remercier les gens qui m'entourent, même si cela va être très rapide, il y a quelqu'un en particulier qui mérite plus que personne d'autre d'être sur le devant de la scène.


L'homme qui me supporte depuis un bon bout de temps, parce que dans le fond et même sur les bords je suis le genre de nana chiante. Il est le premier à prendre parce que oui, quand tu es à bout, que tu es fatiguée, la première personne qui prend malheureusement c'est ton conjoint. ( alors oui, je sais que tu n'aimes pas quand j'étale notre vie sur internet, et je sais aussi que tu viens jeter un coup d'oeil, de temps à autre sur mon blog mais j'avais un peu besoin de l'écrire) Tout ça pour vous dire que quand quelqu'un vous aimes, faites vraiment tout pour le garder, personne ne sait de quoi sera fait demain, personne ne pourra remplacer cette personne qui vous aiment pour ce que ne vous n'êtes et ce que vos faites marges vos défauts. Alors oui, c'est sur c'est plus facile à écrire qu'à mettre en action vous me direz, je vous répondrais que oui, moi-même je vous conseille des choses que je n'arrive pas à mettre en place.

Et pourtant il mérite amplement ma reconnaissance. 

Il m'a aimé comme personne auparavant, il m'a appris beaucoup de choses, dans tous les domaines, il m'a même appris à devenir responsable et devenir une femme, oui...... Il m'a foutue des coups de pied au cul, m'en fou encore, il m'a aidé à ouvrir les yeux sur certaines personnes, à prendre des décisions importantes pour notre futur. Et moi, je n'ai jamais été assez reconnaissante de tout, tout ce qu'il a pu faire et ce qu'il fait encore aujourd'hui et je suis sure, que dans les années à venir il le fera encore. Parfois j'ai l'impression de ne pas être à la hauteur, de ne pas être assez forte. Mais au fond, je me dis que lui est resté, lui m'aime, lui pense à l'avenir... Je n'ai pas souvent même très rarement la force de me battre et de surmonter certaines épreuves difficiles, mais j'ai simplement envie de me battre pour toi, et pour nous.




On arrive peut être pas a la chaussettes de certains couples, mais on a un truc en plus.

Mon article aura peut-être peu d'intérêt pour certaines personnes, mais pour moi il représente beaucoup, un nouveau départ j'espère pour ma vingt-troisième année, qui j'espère seront meilleures que mes vingt premières. Comme tu me la dis, j'ai tout dans les mains pour, il ne me reste plus qu'à m'en servir....


Je t'aime

13 avril 2016

Mon accouchement express

Mes deux accouchements sont très semblable, pour tout les deux j'ai accoucher très rapidement et 15 jours avant le terme prévu. Je vous raconte aujourd'hui le récit de mon second accouchement.

12 Novembre 2014 - 7h

Comme tous les matins, mon réveil sonne pour mener ma grande à l'école, je traîne cinq minutes au lit avant de me motiver à me lever, quand je me décide enfin à sortir du lit c'est accompagnée de douleurs dans le bas-ventre, pas grave, je me recoucherais en revenant de l'école ou je prendrais un bain... Oui mais non, tout naissait ce passe jamais comme prévu. Direction la salle de bain en faisant un crochet par les toilettes comme tous les matins sauf que ce matin ça coule beaucoup plus longtemps (glamour) et je commence à pas mal contracter. Je me lève des toilettes je baisse la tête et là je me perdis compte que je suis en train de perdre les eaux. J'accours ( comme je peux) jusqu'à la chambre pour réveiller chéri, qui n'a jamais eu un réveil aussi rapide de sa vie, en moins de quinze minutes nous Etions tous les trois prêt à partir la voiture en warning devant l'immeuble la valise chargée et sa patronne qui nous récupéraient Stella réveiller et prêt à nous rejoindre à la maternité pour la récupérer.

Pas longtemps plus tard

Mon chéri me lâche aux urgences le temps que sa patronne arrive et que je sois prise en charge. J'arrive pas à avancer, on m'envoie dans une petite pièce pour récolter mes urines, impossible pour moi d'y arriver puisque j'étais sur mon trône même par une demi-heure avant. On me met donc sur un fauteuil et on m'envoie directement en salle d'accouchement.

J'étais ouverte à 4, et bébé n'était pas loin. On m'a proposé la péridurale, j'ai refusé car je supportais encore assez les contractions à mon gout puis chéri n'était pas encore là je me suis dit que je pouvais encore patienter une demi-heure, je n'avais qu'une chose en tête voire mon homme pousser la porte de cette foutue salle d'accouchement, mais toujours rien, les puéricultrices, les sages-femmes défilent, sauf lui. Les niveaux de douleur commencent à être désagréable, je sonne donc pour demander ce coup-ci la péridurale, ça fera surement arriver mon homme, une sage-femme arrive plus tôt vite, je lui explique finalement que je veux bien la péridurale avec un peu d'appréhension puisque je ne l'avais pas eu lors de mon premier accouchement, elle vérifie donc mon col avant d'envisager de la poser, mais c'était désormais trop tard pour le péridural bébé était la.

Elle entrouvre la porte et appel toute son équipe, j'ai fondu en larmes je ne fessais que répéter d'aller chercher mon chéri de l'appeler de courir sur le parking, on m'a dit que je n'avais plus le temps de l'attendre on m'a mis les pieds sur les étriers et on m'a ordonné de pousser pour aider mon fils à sortir, je n'y arrivais pas, j'étais heureuse d'enfin avoir mon fils dans mes bras mais tellement mal que chéri ne sois pas présent, je poussais mais impossible pour moi, je voulais qu'une chose que mon homme soit là pour la naissance de son fils. Je continuais à me faire engueuler par les sages-femmes mais je ne voulais pas que bébé sorte, et quand je n'y croyais plus j'aie vu la porte s'ouvrir et mon homme arriver en courant la charlotte sur la tête, la blouse qui volait derrière lui, ( aujourd'hui quand je m'imagine la scène, j'en rigole) mon dieu soulagement ! Il me manquait sa force et en cinq minutes de temps j'ai expulsé bébé, à 8h35 mon fils a poussé son premier cri ( depuis il en a poussé 9245829304 autres) malheureusement papa n'a pas pu couper son cordon, il c'était enrouler autour de sa tête et il fallait vite s'occuper de lui. Tout allait bien, il est resté un peu violet pendantune petite semaine, mais il était là, en bonne santé et surtout son Papa était là, quel soulagement.




Aujourd'hui je me dis que j'ai eu énormément de chance et un accouchement presque parfait, si papa aurait été là avant il aurait été parfait, moi qui appréhendais un accouchement qui s'étale sur 2 jours, tout cela c'est passer rapidement et sans aucun souci pour mon fils ni pour moi.J'ai eu le droit d'embrasser mon fils avant qu'il parte avec les soignantes et papa pour que l'on s'occupe de lui pendant que j'étais en pleine délivrance de mon placenta (instant glamour) et que l'on s'occupe de mon épisio. J'ai vu des millions d'étoiles dans les yeux de mon homme, puis on a profité d'un magnifique moment, tous les trois pour débuter cette nouvelle vie qui est la nôtre.

09 avril 2016

685.1 kilomètres

C'est la distance qui nous sépare depuis maintenant 9 ans, malgré tout cela fait 18 ans qu'on s'aime que l'on se supporte et que l'on s'aide. Je t'ai toujours aimée pour ce que tu étais et ce que tu es devenue aujourd'hui. On a passé de merveilleux moments ensemble, on a évolué, on a grandi et aujourd'hui on est toujours là, loin certes, mais chacune est présente dans le coeur de l'autre. Tu as été ma soeur jumelle, ma cousine, mon amie, mon second souffle et surtout tu à être toi. Fidèle à toi-même, aimante, et à l'écoute, des qualités qui font de toi quelqu'un de merveilleux. Tous ces moments resteront gravés en moi éternellement, tu es la seule amie qui compte aujourd'hui pour moi.



Aujourd'hui on vit loin, trop loin, on a chacune fait notre petite vie de notre côté. Mais j'ai toujours ce manque d'avoir une amie comme toi, dans ma rue, dans mon village, ou pas loin de moi, quelqu'un sur qui je peux compter, quelqu'un chez qui j'irais boire le café en revenant de l'école, quelqu'un qui me dirait prépares-toi cette après-midi on va faire du shopping, oui parce que'en fait ici je ne trouve personne comme toi, personne à la hauteur, personne d'aussi fidèle et franche, et a qui je peux raconter mes petits et mes gros problèmes et qui m'écoutent sans me juger. Une fois par an, on peut se voir, passer du temps toute les deux comme quand on avait dix ans. Ressasser tous nos souvenirs, et en fabriquer pour plus tard. J'aimerais être là quand tu auras un enfant, j'aimerais être là quand tu construiras ta grange, être là pour t'aider et te soutenir, et pour rigoler avec toi. Peut-être qu'un jour on se retrouvera, et l'on sera de nouveau ensemble. Je t'aime.

08 avril 2016

La cup menstruelle

Aujourd'hui j'aborde un sujet plutôt féminin sur le blog, on va parler rêgles ! Et plus précisement de la CUP qui est entré dans ma vie il y à quelques années maintenant

J'étais tombé par hasard sur la page Facebook de fleur cup il y a environ 3 ans, je me suis demandé ce que c'était ce truc dont tout le monde parlait et ventait les mérites. Mais ça ne m'avait plus attirée que ça, me mettre une espèce de "pot de fleurs" ( oui je voyais ça comme ça, et d'ailleurs c'est son petit nom aujourd'hui) aucune envie ! Puis il y a maintenant plus d'un an, même presque deux ans, je suis retombée sur cette fameuse page, j'ai un peu plus approfondi mes recherches, et lisaient les avis d'utilisatrices. Et en parallèle, je suis tombé sur un article dénonçant les dangers des tampons et serviettes hygiéniques. Mon cerveau n'a fait qu'un tour et donc vu ce que la marque me réservait, j'ai décidé d'en commander une pour essayer ! ( vous pouvez en trouver également d'autres marques comme Meluna Mooncup Ladycup, en pharmacie et maintenant même en grande surface)


Vous vous demander surement toutes qu'est-ce que la cup, et comment se présente elle ?
C'est une coupe en silicone chirurgical, mou ( mais pas trop) qui va récupérer les flux de vos règles, vous l'insérez dans votre vagin après l'avoir " pliée " une fois insérée elle se déplie prend la forme de votre col, et fait un effet dit " ventouse " elle se fini par une petite tige pour le retrait que vous pouvez couper à votre convenance pour la régler. Elle est complètement étanche, ce qui vous assure aucune fuite. Selon les marques elle se vend sous différents coloris et même à paillettes en deux ou trois tailles différentes, comme ça, il y en a pour tous les gouts et toutes les femmes.

La cup est surtout pour les femmes à l'aise avec leur corps, et leur intimité, ce détail est très important, car si vous n’êtes pas à l'aise avec votre corps, cela ne sert à rien d'investir dans une cup, car pour l'introduire il vous faudra au début de la patience et l’utilisation d'un ou un doigt pour bien la placer, être sereine et détendue, ce qui n'est pas forcément le cas de tout le monde.


Maintenant que vous en savez un peu plus vous devez vous poser plein de questions, comment ça marche, et à quelle fréquence on la retire pour la vider ?

Tout ça va dépendre de la taille de votre cup, et de vos flux, les différentes marques proposent deux types de taille, la taille S, qui convient aux jeunes femmes ou/et aux femmes n'ayant encore jamais accouché par voix basse et/ou qui ont des flux peu abondant, et la taille M, qui conviendrait plus aux femmes plus d'âges murs, et ayant déjà accouché par voix basse, attention cela n'est qu'à titre d'information, une jeune femme de 21 ans n'ayant jamais eu d'enfant pour tout aussi bien supporter une cup de taille M si elle a un flux assez abondant !

Pour la suite je vais témoigner à titre personnel, j'ai donc acheté une cup taille M, car auparavant j'avais des flux assez important mais non plus très abondant. Je la vidais matin et soir, donc au réveil et en me douchant le soir, je n'ai jamais eu aucune fuite, sauf les premières fois car c'était le début et je n'arrivais pas forcément à la placer comme il le fallait, mais aujourd'hui c'est parfait. Si vous avez " peur " d'avoir une fuite vous pouvez la "vider" le midi histoire d'être rassuré, ou les premiers temps la vider 3 à 4 fois par jour pour connaitre vos flux et ensuite savoir quand la vider.

Comment s'insère elle ? La cup est assé souple pour lui donner la forme que l'on veut,  on va donc lui donner la forme d'un C et l’insérer le plus haut possible en le tenant bien à la base, ne vous inquiétez pas, elle n'ira pas se perdre dans votre corps... Vous pouvez aussi vérifier en faisant le tour de la cup avec votre doigt qu'elle se soit bien déplié. Et qu'elle ne vous fasse pas mal. Vous avez également une autre méthode, en enfonçant le bord de la cup vers l'intérieur ( voir photos)

La mettre c'est une chose, mais il faut aussi l'enlever ! Pour l'enlever c'est très simple mais il faut faire attention, il ne faut pas tirer sur la tige ! Elle sert juste à vous guider pour bien attraper la base de votre cup, que vous allez pincer pour que cela fasse une prise d'air en haut et la tirer délicatement, je vous conseille au début de le faire sous la douche ! Au cas ou où ça glisse, ou autres ! Personnellement pendant mes cycles tous les soirs je la vide sous la douche et la nettoie avec mon savon de toilette intime avant de la réinsérer.






Pour l'entretien comme je viens de vous le dire, pendant mes cycles je la nettoie tout les soir au savon intime pendant ma douche. A la fin de mon cycle je la nettoie bien à fond je fais bouillir de l'eau et j'y laisse ma cup 5 à 10 minutes. Et je la range ensuite. Le premier jour de mes règles je la rince bien a l'eau bouillante histoire qu'elle soit propre.

Alors pourquoi choisir une cup, plutôt que des serviettes, ou des tampons
( qui on quasiment la même fonction )

Premièrement, pour faire des économies, une cup coûte 20-30 euros selon le modèle, alors oui a l'achat cela fait une somme, mais si vous achetez une boîte de tampons minimums pour un cycle, a 4€ vous rentabiliser rapidement votre cup, que vous pouvez garder une bonne dizaine d'années.

Les tampons, contiennent pas mal de produits chimiques, assèchent vos muqueuses et provoquent parfois des mycoses, pas cools, la cup elle, est en silicone chirurgicale pour les sécheresses et odeur, c'est simple, zéro ! Les serviettes et les tampons même si on les change assez régulièrement, sentiront toujours, car le sang est en contact avec l'air.

Et en plus vous n'avez rien qui dépasse ! À vous les jolies dessous, les journées plage et piscine, pas de problèmes de ficelle, de tampons qui se gorge d'eau !

Et un petit plus que j’apprécie, si vos règles arrivent le même jour de chaque mois, à la même heure, vous pouvez placer votre cup à l'avance, chose assez difficile à faire avec un tampon car c'est assez désagréable !




J'espère que mon article aura répondu à certaines questions que vous vous posez, vous aurez faits changer d'avis, et donner envie d'essayer, si ce n'est pas le cas, je vous invite à me laisser un commentaire sur cet article et je répondrais à vos questions avec plaisir !

07 avril 2016

Rat des villes, rat des champs

J'ai vécu jusqu'à mes 15 ans en ville, mais pas le genre de jolies villes qu'on vois dans les series sur la 6 à l'heure de la sieste, j'ai vécu en HLM dans le 93 à Aubervilliers plus précisement, autant vous dire que ce n'est pas l'endroit rêver pour débuter sa vie paisiblement. Puis un jour, mes parents m'ont annoncé que l'on partaient à l'autre bout de la France et en campagne, j'était en 4eme je devais avoir 15 ans, j'ai franchement tiré la tronche pendant un long moment, à cet âge la tout quitter et se retrouver dans une nouvelle maison, et surtout un nouveau collège on angoisse un peu. Et je suis donc rester quelques années dans ma petite campagne que je n'aimais pas tant, outre le fait que j'arrivais du nord et dans le sud, j'ai eu du mal à m'adapté à la vie des sudiste, à leurs style de vie et leur humeur. J'ai eu aussi beaucoup de mal à prendre ma place dans mon collège, ou j'ai vite été catégoriser comme " la parisienne " j'avais rêver mieu comme acceuil.


J'ai vécu jusqu'à mes 18/19 ans environ dans ce village du sud où j'avais aménagé quelques années plus tôt. Je ne m'y plaisais pas forcément mais je n'ai jamais déménagé pour la ville, la plus proche se trouvait à 20 km et je n'avais pas envie de perdre mes rares repères que j'avais enfin trouvées.


Et puis quelques années plus tard j'ai rejoint mon amoureux, qui lui vivaient sur Avignon, à cause de ses études, on y a vécu pas mal d'années, et dans plusieurs quartiers différents, mais au fond il se ressemblait tout. D'ailleurs à cette époque je n'avais pas le permis et même si parfois je me disais que ça me manquait, j'avais toujours un arrêt du bus à 20 mètres de mon appartement pour pouvoir sortir, ou bien même en 20 minutes de marche j'étais en pleine cité des Papes. Le changement de mon petit village au pied du Luberon aux quartiers à été assez radical, j'ai eu l'impréssion de retourner la ou j'ai grandis, dans le béton et cette mixité culturelle énorme.

Puis il y a eu ce dernier appartement, en face d'un lycée, un des plus mal réputer de la ville, et plus encore. Ou c'était assez dur à vivre, entre l'irrespect, les cris, le bordel à toute heure. C'est la qu'on à commencer à ce dire que la ville n'était pas l'endroit ou nous voulions élever nos enfants. Marley était encore petit et c'est là que l'on a décidé que cette vie ne nous correspondait pas du tout, et que l'on a cherché à partir vivre au calme et dans un village sain pour nos enfants.

Je crois que déménager à la campagne est l'une des merveilleuses décision que nous avons pris. J'ai énormément côtoyer le béton la ville, et la proximité de toutes choses. Mon amoureux, lui, a toujours connu la campagne, il la côtoie depuis tout petit.



Ce besoin de vivre au grand air, et au calme est aujourd'hui résolu. Nous vivons dans un village (plutôt) calme, où tout le monde vous dit bonjours quand vous sortez dans la rue, tout le monde vous aide et vous, vous aidez en retour. Les gens sont beaucoup plus attentif et patient, et ça c'est vraiment agréable à vivre. Nous n'avons plus besoin de prévoir une balade ou une sortie un jour a l'avance de passer trois quarts d'heures à préparer les affaires pour sortir, charger la voiture et faire une vingtaine de kilomètres pour respirer un air sain. Aujourd'hui on sort sur un coup de tête, et en 5 minutes on se retrouve au cœur de la forêt, au calme, avec comme symphonie le chant d'oiseau et les arbres qui craquent. Alors oui il y a parfois des petits points négatifs en habitant à la campagne, mais ce n'est tellement rien par rapport au cadre de vie que l'ont À...La campagne rebute beaucoup de personnes, mais je pense que quand on y est, on est heureux d'avoir changé d'avis...