Fourni par Blogger.

Mon accouchement express

by - 13 avril


Mes deux accouchements sont très semblable, pour tout les deux j'ai accoucher très rapidement et 15 jours avant le terme prévu. Je vous raconte aujourd'hui le récit de mon second accouchement.
12 Novembre 2014 - 7h
Comme tous les matins, mon réveil sonne pour mener ma grande à l'école, je traîne cinq minutes au lit avant de me motiver à me lever, quand je me décide enfin à sortir du lit c'est accompagnée de douleurs dans le bas-ventre, pas grave, je me recoucherais en revenant de  l'école ou je prendrais un bain... Oui mais non, tout naissait ce passe jamais comme prévu. Direction la salle de bain en faisant un crochet par les toilettes comme tous les matins sauf que ce matin ça coule beaucoup plus longtemps (glamour) et je commence à pas mal contracter. Je me lève des toilettes je baisse la tête et là je me perdis compte que je suis en train de perdre les eaux. J'accours ( comme je peux) jusqu'à la chambre pour réveiller chéri, qui n'a jamais eu un réveil aussi rapide de sa vie, en moins de quinze minutes nous Etions tous les trois prêt à partir la voiture en warning devant l'immeuble la valise chargée et sa patronne qui nous récupéraient Stella réveiller et prêt à nous rejoindre à la maternité pour la récupérer.

Pas longtemps plus tard
Mon chéri me lâche aux urgences le temps que sa patronne arrive et que je sois prise en charge. J'arrive pas à avancer, on m'envoie dans une petite pièce  pour récolter mes urines, impossible pour moi d'y arriver puisque j'étais sur mon trône même par une demi-heure avant. On me met donc sur un fauteuil et on m'envoie directement en salle d'accouchement.
J'étais ouverte à 4, et bébé n'était pas loin. On m'a proposé la péridurale, j'ai refusé car je supportais encore assez les contractions à mon gout puis chéri n'était pas encore là je me suis dit que je pouvais encore patienter une demi-heure, je n'avais qu'une chose en tête voire mon homme pousser la porte de cette foutue salle d'accouchement, mais toujours rien, les puéricultrices, les sages-femmes défilent, sauf lui. Les niveaux de douleur commencent à être désagréable, je sonne donc pour demander ce coup-ci la péridurale, ça fera surement arriver mon homme, une sage-femme arrive plus tôt vite, je lui explique finalement que je veux bien la péridurale avec un peu d'appréhension puisque je ne l'avais pas eu lors de mon premier accouchement, elle vérifie donc mon col avant d'envisager de la poser, mais c'était désormais trop tard pour le péridural bébé était la.
Elle entrouvre la porte et appel toute son équipe, j'ai fondu en larmes je ne fessais que répéter d'aller chercher mon chéri de l'appeler de courir sur le parking, on m'a dit que je n'avais plus le temps de l'attendre on m'a mis les pieds sur les étriers et on m'a ordonné de pousser pour aider mon fils à sortir, je n'y arrivais pas, j'étais heureuse d'enfin avoir mon fils dans mes bras mais tellement mal que chéri ne sois pas présent, je poussais mais impossible pour moi, je voulais qu'une chose que mon homme soit là pour la naissance de son fils. Je continuais à me faire engueuler par les sages-femmes mais je ne voulais pas que bébé sorte, et quand je n'y croyais plus j'aie vu la porte s'ouvrir et mon homme arriver en courant la charlotte sur la tête, la blouse qui volait derrière lui, ( aujourd'hui quand je m'imagine la scène, j'en rigole) mon dieu soulagement ! Il me manquait sa force et en cinq minutes de temps j'ai expulsé bébé, à 8h35 mon fils a poussé son premier cri ( depuis il en a poussé 9245829304 autres) malheureusement papa n'a pas pu couper son cordon, il c'était enrouler autour de sa tête et il fallait vite s'occuper de lui. Tout allait bien, il est resté un peu violet pendantune petite semaine, mais il était là, en bonne santé et surtout son Papa était là, quel soulagement.

Aujourd'hui je me dis que j'ai eu énormément de chance et un accouchement presque parfait, si papa aurait été là avant il aurait été parfait, moi qui appréhendais un accouchement qui s'étale sur 2 jours, tout cela c'est passer rapidement et sans aucun souci pour mon fils ni pour moi.J'ai eu le droit d'embrasser mon fils avant qu'il parte avec les soignantes et papa pour que l'on s'occupe de lui pendant que j'étais en pleine délivrance de mon placenta (instant glamour) et que l'on s'occupe de mon épisio. J'ai vu des millions d'étoiles dans les yeux de mon homme, puis on a profité d'un magnifique moment, tous les trois pour débuter cette nouvelle vie qui est la nôtre.

You May Also Like

0 commentaires

Merci de me laisser un petit mot, mon blog se nourrit de vos commentaires